Eviter le stress en entretien, c’est possible ?

Le stress avant un entretien d’embauche, nous l’avons tous vécu. Il se manifeste sous plusieurs formes, verbales ou physiques, mais dans quasiment tous les cas il peut nuire lorque l’on est face à un recruteur. Comment apprendre à gérer ses angoisses afin de développer l’énergie nécessaire pour réussir son entretien professionnel ?

1.     Comment se manifeste le stress ?

Il faut savoir que dans la majeure partie des situations, le stress apparaît car vous vous remettez en question. Le manque de confiance en soi est votre ennemi numéro un lorsqu’approche un recrutement. De ce fait, vous repensez à des situations antérieures, par exemple quand un patron d’entreprise vous à posé des questions « pièges », ou quand il vous a demandé de justifier une absence d’activité dans votre CV… Ce genre de questions vous met la pression. Et généralement, vous réagissez lors de l’entretien en tremblant, en étant raide dans vos mouvements, ou en respirant de manière très saccadée. Parfois vous bégayez, rougissez… Bref, votre trac se manifeste de manière verbale, mais aussi non verbale.

2.     Le stress négatif, le stress positif

Quand on pense « angoisse », on a toujours un à-priori négatif. Mais détrompez-vous : le stress peut parfois aussi être bénéfique ! Effectivement, c’est un état d’esprit qui réveille vos motivations. Si vous êtes nerveux, cela prouve d’une certaine manière que vous tenez à réussir votre entretien et à obtenir votre stage en entreprise. De plus, d’un point de vue un peu plus « médical », le stress tend les nerfs, réveille vos sens… Vous devenez une vraie pile électrique, un candidat prêt à dialoguer des heures durant devant le plus exigeant des recruteurs. Alors si Direct Etudiant peut vous donner un premier conseil : ne pensez surtout pas que le fait d’angoisser aux vues d’un futur entretien est un phénomène qui vous pénalise ; au contraire, à petite dose, le stress peut s’avérer être un réel élément de motivation, et qui vous aide à prouver vos compétences.

« Allez voir sur le site de l’entreprise, développez un dialogue sensé et plein de motivations, et vous serez apte à prouver que vous êtes le candidat le plus compétent. »

3.     Mais comment réduire son stress pour réussir son entretien ?

Vous savez à présent ce qu’est le bon et le mauvais stress, et comment il se manifeste. Dès à présent, vous allez pouvoir lutter plus efficacement contre ce trac, car vous connaissez vos points faibles (c’est une des étapes les plus importantes : pour vaincre un ennemi, il faut d’abord le connaître). Comment faire ? La première chose à effectuer est de se renseigner sur son futur stage. Allez voir sur le site de l’entreprise, développez un dialogue sensé et plein de motivations, et vous serez apte à prouver que vous êtes le candidat le plus compétent parmi tous ceux de la « compétition ». De plus, préparez-vous à toutes les questions pièges : souvenez-vous de vos entretiens antérieurs, de ce qui aurait pu vous mettre mal à l’aise, des critiques de votre interlocuteur, et entrainez-vous à les parer avant l’entretien. Je peux vous assurer que si vous êtes préparés, vous serez beaucoup plus serein le jour J car vous savez dans quoi vous vous avancez.

Maintenant que votre dialogue est construit, parlons de votre comportement au moment même de l’embauche, devant votre futur patron. La première chose à faire est de respirer lentement, calmement (ça calme à peu près 40% du stress). Si vous vous asseyez, tenez-vous droit, posez votre dos… Dans la limite du raisonnable évidemment, on ne vous a pas dit de vous affaler sur le dossier de votre fauteuil, mains dans les poches. On vous conseille également de décroiser les jambes : si elles sont croisées, cela laisse plus de place à des mouvements nerveux, comme le fait d’agiter son pied dans le vide, ce qui fait bouger tout le reste du corps et qui vous trahit dès les 30 premières secondes.

Pour finir, si vous voyez que votre recruteur a l’air assez compréhensif et qu’il ne montre aucune agressivité, vous pouvez même vous permettre une petite formule pour lui exprimer que vous êtes nerveux : si vous tournez les choses dans le sens « stress positif », le recruteur sera plus compréhensif, et prendra en compte votre anxiété comme un facteur de réussite.

On vous le répète une dernière fois : faites vous confiance ! La balle est dans votre camp et vous êtes tout aussi capable de réussir un entretien d’embauche, pour un stage qui plus est,  que n’importe quel concurrent étudiant. Alors soufflez, préparez-vous, et tout ira bien ! Bon courage dans vos recherches de stages !